Articles Written By: Eric Vastine

Nous rencontrer sur Galathéa 2022

Venez nous rencontrer sur Galathéa 2022 le samedi 19 et dimanche 20 novembre.
Léa, Victor et Valérie dédicaceront les guides Plonger du Bord sur le stand de Custom Diving de 11h à 15h.Nous rencontrer sur Galathéa 2022

Ce festival se tient chaque année, depuis 2016, dans la rade d’Hyères.
Plus exactement, au forum du Casino des Palmiers, 3 avenue Ambroise Thomas, 83400 Hyères les Palmiers.
Il organise des concours photos, clips et vidéos, gratuits et ouverts à tous.
Un jury prononcera le résultat des délibérations des nominés et des lauréats pour chaque catégorie.
Si vous avez envie de voir ceux de l’année passée, cliquez ici.

Véronique et François Sarano sont la marraine et le parrain de cette édition.
Cliquez sur les liens pour découvrir ces passionnés, docteurs en océanographie, qui ont notamment travaillé auprès du Commandant Cousteau.
A noter que des animations et des conférences auront également lieu tout au long de ce rassemblement.

Informations pratiques :

Le festival est ouvert :
Le vendredi 18 novembre : de 13h30 à 18h30
Le samedi 19 novembre : de 9h à 20h30
Le dimanche 20 novembre : de 9h à 18h

Le prix du billet d’entrée est de 5€ et c’est gratuit pour les moins de 14 ans !

Venez nous rencontrer sur Galathéa 2022.

Reconversion en tant que Scaphandrier

Comme notre compagnon de palanquée Cris, ou comme je l’ai moi-même fait, il y a plusieurs années à l’INPP, sur le port de la pointe rouge à Marseille,
rapprochez-vous de vos aspirations profondes pour la plongée sous-marine.
Changez de vie ! Osez la reconversion en tant que Scaphandrier.

Reconversion en tant que Scaphandrier !

OSEZ !

 

Ainsi, lors de la formation, le plongeur apprend à respecter des procédures rigoureuses pour accéder à la profondeur du chantier, et en sortir en toute sécurité.
Après deux à trois mois de formation, les nouveaux plongeurs professionnels sont aptes à plonger du bord.
Les domaines où ils peuvent exercer sont très vastes. Dans les ports ou les écluses, pour des travaux fluviaux ou maritimes, dans l’industrie pétrolière, et dans les opérations de BTP (Bâtiments et Travaux Publics)…
Plus généralement, ils sont habilités à travailler sur tous les types de travaux immergés et pour tous types de travaux hyperbares à sec, comme la construction de tunnel.

Et parfois même cette reconversion en tant que Scaphandrier peut vous emmener dans des domaines plus surprenants, comme par exemple celui du cinéma !
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une !

Eric Vastine (texte écrit en novembre 2019 pour le site Plonger du Bord)

Des hippocampes à Marseille

Incroyables rencontres avec des hippocampes à Marseille lors de plongées du bord !

Minuscules et d’allure si fragile … Ils promènent leur silhouette de couleur variée et leur tête chevaline dans toutes les mers du monde.
Mesurant une quinzaine de centimètres, les hippocampes n’ont pas de nageoire ventrale, ni caudale.
Pourtant, ce sont bien des poissons, au squelette osseux. Ils appartiennent à la famille des Syngnathidés.

C’est l’une des rares espèces animales où les mâles portent les œufs dans une poche située sous leur ventre,
après que Madame les ait pondu dedans dans une étreinte furtive.
Ils vont les garder au chaud durant quatre semaines, avant de délivrer leurs alevins.

Ils se nourrissent de petits crustacés, d’œufs de poisson et de planctons qu’ils avalent en aspirant avec leur puissante bouche.

Pour voir des hippocampes à Marseille, il faut palmer doucement et bien ouvrir les yeux.
A défaut de rapidité dans la nage, la nature les a doté d’une arme redoutable : l’art de la dissimulation.
Leur mimétisme avec leur environnement est tellement parfait qu’on a peine à les distinguer.
Regardez dans les fonds sableux les algues et les posidonies, car c’est là qu’ils s’accrochent avec leur queue. Des hippocampes à MarseilleDes hippocampes à MarseilleVous avez envie d’en savoir plus sur ces chevaux de mer, rendez-vous sur le site DORIS.

Cogito ergo soum !

Cogito ergo soum ! (Je plonge donc je suis !) résume assez bien l’humour d’Eric et sa passion de la plongée sous-marine.
Je vous livre un de ses texte que je viens de découvrir. Il m’émeut par la sensibilité qui s’en dégage :

« Je ne crois pas au hasard, même si certains hasards ressemblent à des rendez-vous.
Les belles rencontres terrestres et sous-marines arrivent à qui est disponible pour les voir.

C’est agréable de se laisser guider par son instinct en pleine nature, de suivre des sentiers inconnus d’une nouvelle plongée. Si trois palanquées partent à intervalles de 20 minutes les unes des autres et font le même spot de plongée, elles ne verront pas forcément les mêmes choses. Ainsi, elles peuvent faire le même parcours à des niveaux de profondeur différents à l’aller comme au retour et rester émerveillés par le monde marin.
Vous entrez alors dans la troisième dimension !
Vous pouvez rester longtemps au même endroit si vous faites une rencontre fabuleuse. Être curieux du monde ! Voir la beauté dans son regard ! Croiser le chemin d’un animal sauvage ! Prendre son temps pour l’observer dans son milieu naturel !

C’est fantastique de suivre des chemins inconnus et de se laisser guider par son instinct.
Sous la mer, tout devient important. Tous les sens sont en éveil. C’est un sentiment incroyable d’être à la disposition de son destin. Pour commencer, on réalise son rêve de respirer sous la mer et de voir ce qui se passe en dessous. De surcroît, on se confronte à soi en grandeur nature. C’est comme une quête de savoir qui l’on est, d’où l’on vient et jusqu’où l’on ira.

Respecter la vie. Vivre. Apprendre sans cesse. Personne ne nous enseigne la valeur de ces instants si précieux !

 

Par ailleurs, c’est la simplicité de pratiquer la plongée du bord qui crée la surprise à chaque fois.

Tout a du sens quand on voyage au bout de la rue !
Tout ce que l’on cherche au bout du monde se trouve ici. Plonger du bord est une expérience profonde, on vit l’impalpable, l’exceptionnel. Véritablement bouleversant ! Autrement dit, rechercher la nature qui a du tempérament et qui toise nos défis de plongeurs. Revenir avec une confiance en soi et une nouvelle aptitude à mener de nouveaux projets. On navigue à l’estime, on anticipe la dérive. Cela dit, on est tellement investi dans cette aventure que ça devient une libération, une nouvelle naissance ! Retrouver le silence et vivre avec soi. S’apprivoiser à nouveau.
Même si la nature n’est pas silencieuse, ni en surface ni sous la mer, c’est un silence heureux et apaisant qui permet de se mettre en apesanteur du monde. Finalement, nager doucement le long du littoral est une sorte de régénération de l’esprit, un apaisement du corps afin de se restaurer. Le silence est un moyen de se retrouver avec soi-même. On apprend à s’écouter et à vivre avec soi. En réalité, on a besoin de retrouver cette intériorité.

Plonger, c’est notre liberté !
Cogito ergo soum ! »