collection plonger du bord

Les guides plonger du bord dans le Var et dans les Bouches-du-Rhône

112 spots de plongée en Provence

Profitez des prix en promo ! La collection 112 spots de plongée du bord au tarif promotionnel de 48,60 € au lieu de 55,20 €. Recevez votre commande en France dans un délai de 2 jours en lettre suivie postale pour un paiement sécurisé Paypal ou CB et dans un délai de 8 jours pour les pays Européens. Soit 57 spots de plongées du bord Bouches-du-Rhône + 55 spots de plongées du bord Var. Faites plaisir et économisez 6,60 euros de frais postaux ! Recevez les deux ouvrages pour 48,60 € au lieu de 55,20 € frais de port inclus.

Le guide Plonger du Bord en Provence répertorie 57 spots pittoresques des Bouches-du-Rhône, au cœur des calanques et tout autour, de Carro à la Ciotat. Préfacé par Nardo Vicente, responsable de l’Institut Océanographique Paul Ricard, cet ouvrage a reçu le prix des Sciences de l’Académie de Marseille.

Les 55 spots de Plonger du Bord dans le Var vous invite à plonger sur les mêmes lieux et de la même façon que les Mousquemers, Jacques-Yves Cousteau, Philippe Tailliez et Frédéric Dumas qui ont fait leurs premières plongées en scaphandre autonome. Il couvre la zone géographique de Saint-Cyr-Sur-Mer à Saint-Raphaël. Sa préface est signée par le scaphandrier le plus profond du monde, Théo Mavrostomos.

plonger du bord

L’avis des utilisateurs des livres Plonger du Bord

L’avis des utilisateurs des livres Plonger du Bord

Plonger du Bord en Provence dans les Bouches du Rhône et dans le Var

L’avis des utilisateurs des guides Plonger du Bord en Provence dans les Bouches du Rhône et dans le Var :

Cécile M : Quand nous avons déménagé à Marseille, nous avons acheté le livre Plonger du bord pour découvrir la région ! maintenant on plonge du bord avec mon mari et on l’emmène avec nous quand on sort. Sous notre table du salon, on a plein de livre et lui est au dessus de la pile. On adore ce livre. C’est notre bible !

Clothilde R : Reprise de la plongée ce matin à la presqu’île du Capelan. Paysages et lumières magnifiques, Murène, Mérou et les Corbs… Nous nous sommes régalés. Merci pour vos livres 👌

Virginie B : Félicitations 🤩 Pour ceux qui s’interrogent, habitant sur la Côte Bleue, le guide Plonger du bord Marseille m’a permis de découvrir des spots insoupçonnés
C’est extrêmement bien fait avec pour chaque spot un schéma affichant le long du parcours les différents niveaux de profondeur. Cela permet à chacun de “gérer” selon ses capacités et ses souhaits
Il est également indiqué les spécificités du spot en terme de faune et de flore.

Sébastien V : Super boulot, 112 spots de plongées c’est énorme !

Guillaume P : J’ai bien reçu le livre ! Quel ouvrage ! Une véritable mine d’or d’informations pour nos futurs plongées cet été ! Merci ! Bravo pour cette formidable initiative !

Bastien P : Merci d’avoir écrit un livre très utile !

Valérie L : Merci Eric pour cette belle générosité, les livres Plonger Du Bord sont formidables.

Eric K : Bonjour Merci beaucoup, je viens de recevoir les livres Plonger du Bord. Hâte de découvrir les lieux accessibles depuis le bord !

Philippe G : Après lecture, j’ai donc décidé de refaire une commande ce jour afin de l’offrir à mon binôme, car votre livre me parait essentiel…

Gisèle C : J’ai acheté le livre et franchement il est super, très bien expliqué et ce que j’aime par dessus c’est les croquis des plongées, Merci Eric pour ce livre remplis d’informations.

Florence B : C’est un super guide. Je ne connaissais que 8 plongées du bord. Depuis j’organise de nouvelles plongées avec ma binomette chaque semaine et je découvre de nouveaux spots. En plus de pouvoir visualiser les lieux à l’avance grâce aux vidéos… c’est vraiment génial !

Thierry C : Super livre qui permet de faire de plongée autrement et à moindre coût !

Marius F : C’est génial cette idée de plonger sans avoir besoin de bateau… De plonger quand on veut, à l’heure qui nous arrange sans dépendre des horaires d’un club. Moi je trouve ça énorme !

Alexis D : La plongée du bord est économique et écologique , elle permet une meilleure approche de la nature tout en prenant son temps, tranquillement.

Laurent F : J’ai adoré le premier Plonger du Bord et suit assidument le site internet même si je ne fais que de la photo sous-marines en snorkeling. J’ai fait une randonnée palmée sympa à Baou Tailla, une idée piochée dans votre premier ouvrage. C’est tout naturellement que j’ai commandé le second volet même si je ne plonge que rarement dans le Var, ce livre me donnera certainement de belles idées pour aller visiter les fonds marins du département voisin. J’ai bien reçu votre livre, il est superbe et particulièrement riche en idée de sorties, même pour le snorkeling. Bref, je me régale à le lire. Et merci beaucoup pour la dédicace très sympa 🙂

Christophe H : Je tiens à vous remercier pour votre empressement à me répondre et à envoyer le courrier. Je m’en servirais dès ce week-end pour mon brief et la topo du site sur lequel j’emmènerais mes stagiaires. Après avoir prospecté quelques années (2009 à 2012) avec

La grande nacre de Méditerranée

La grande nacre de Méditerranée

La grande nacre au bord de l’extinction

Monaco se mobilise !

En 2016 une épizootie s’est déclarée sur les côtes espagnoles et s’est rapidement propagée sur le pourtour méditerranéen, décimant progressivement toutes les populations de grandes nacres. La Pinna nobilis, Chère à Nardo Vicente qui a préfacé le livre Plonger du Bord, la grande nacre est le plus grand coquillage de Méditerranée, dont elle est endémique. Elle a fait pendant des décennies la fierté de Monaco où elle prospérait aux portes de la ville. La réserve du Larvotto était un véritable laboratoire à ciel ouvert, au sein duquel l’Association Monégasque pour la Protection de la Nature (AMPN)conviait régulièrement les experts de ce bivalve pour en suivre le développement. Jusqu’à 600 individus ont été repérés, mesurés, suivis en 2015.En 2016 une épizootie s’est déclarée sur les côtes espagnoles et s’est rapidement propagée sur le pourtour méditerranéen, décimant progressivement toutes les populations de grandes nacres. La Principauté n’a pas été épargnée, l’épizootie frappant cette espèce dans les eaux monégasques à la fin de l’année 2018. Cette mortalité massive est attribuée à un parasite infectant les glandes digestives des grandes nacres. Celui-ci empêche l’individu de s’alimenter correctement, l’amenant à mourir de faim. L’épizootie a conduit l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature)à classer Pinna Nobilis en danger critique d’extinction.Mobilisation des institutions monégasques Attachées à ce patrimoine naturel, les institutions monégasques s’investissent pour favoriser le retour des grandes nacres, en mettant en place un plan d’action national ambitieux et en développant les collaborations scientifiques et techniques internationales pour répondre à un défi pour toute la Méditerranée.Le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines créé en 2019 par l’Institut océanographique au sein du Musée océanographique rejoint le Gouvernement princier et l’AMPN dans cette mobilisation collective.

Dès la fin d’année 2018, un suivi régulier de la situation épidémique est mis en place dans les eaux monégasques. Des plongées de prospection rassemblent largement la communauté des plongeurs pour tenter de trouver des nacres survivantes, malheureusement sans succès à ce jour.A l’automne2019, vient s’ajouter un projet expérimental visant à capturer des juvéniles de grandes nacres à Monaco à l’aide de pièges placés dans le courant. L’objectif est de capter des juvéniles émis par des nacres adultes qui n’auraient pas été repérées, pour tenter de les élever et de comprendre le cycle biologique des nacres, afin d’envisager à terme une réintroduction en mer. Malheureusement, aucun juvénile n’a pu être capté lors des campagnes 2019 et 2020. Ceci confirme la situation vraiment critique des grandes nacres, avec une mortalité quasi-totale autour de Monaco.Une nouvelle tentative cet hiver rassemblera tous les plongeurs La Direction de l’Environnement de Monaco, l’AMPN et le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines lanceront en Février prochain une nouvelle étape, s’appuyant sur l’observation participative en plongée sous-marine. De la mi-février à début avril, période durant laquelle les feuilles de posidonie sont courtes, plusieurs campagnes d’observation cibleront les jeunes nacres qui sont d’ordinaire difficiles à repérer.Cela permettra de compléter l’état des lieux en espérant trouver des individus vivants, de comprendre les facteurs de résistance et de tenter de reconstituer la population.Les plongeurs des grandes institutions de la Principauté et de la Cote d’Azur, Division de Police Maritime et Aéroportuaire, Direction des Affaires Maritimes, Compagnie des sapeurs-pompiers, Compagnie des Carabiniers du Prince, Centre Scientifique de Monaco, des clubs de plongée de Monaco et de la Cote d’Azu, ou d’intervenants privés tels que SETEC (bureau d’étude en ingénierie), sont invités à participer à ce projet aux côtés de la Direction de l’Environnement, de l’AMPN et du Musée océanographique.Leur connaissance du milieu marin et leurs compétences constituent en effet de précieux alliés pour multiplier les observations nécessaires à la sauvegarde de l’espèce. Recherche et développement pour les nacres. Ce suivi de la population des grandes nacres se poursuivra dans les années à venir et sera complété à moyen terme par un suivi de la présence du parasite. Des projets de recherche sont actuellement à l’étude pour permettre sa détection dans le milieu, notamment en repérant son ADN.Le Centre Monégasque de Soins des Espèces Marines participe, aux côtés de l’UICN, à l’animation d’un réseau d’experts méditerranéens sur les grandes nacres et développera des partenariats techniques pour participer à l’effort de recherche sur le cycle de vie des grandes nacres, lever les obstacles restant à leur reproduction en bassin et envisager les conditions d’une réintroduction en milieu naturel.L’épizootie qui touche les grandes nacres s’étend désormais à l’ensemble de la Méditerranée, son aire de répartition. Seules quelques petites zones, notamment des étangs et lagunes, abritent encore des populations de nacres. Le retour de ce coquillage majestueux dans toute la Méditerranée nécessitera un effort collectif dans chaque pays ainsi qu’à l’échelle régionale. Il reposera sur l’engagement de tous, de la communauté scientifique aux gestionnaires d’aires marines protégées, en passant par les plongeurs ou les autorités réglementaires. Une dynamique dans laquelle la Principauté de Monaco, fortement engagée dans la protection de l’environnement, souhaite s’inscrire.

plonger du bord

plonger du bord

Formations POLARIS

Protocoles d’observation de POLARIS

septentrion Environnement est une association de plongeurs biologistes marins. Nous portons une plateforme de sciences participatives dédiée à l’observation du milieu marin en plongée sous-marine : POLARIS.POLARIS propose des actions pour apprendre à observer, contribuer à une collecte de données venant compléter des actions scientifiques, former les citoyens à pratiquer la plongée sous-marine avec un intérêt écologique afin de soutenir une gestion durable du milieu marin. Nous souhaitons aujourd’hui proposer les différents protocoles d’observation de POLARIS à d’autres structures de plongée, afin de permettre à un plus grand nombre de plongeurs de s’investir dans POLARIS. Nous proposons une courte formation théorique et pratique gratuite aux gérants, moniteurs et/ou encadrants intéressés, afin que vous puissiez former à votre tour vos plongeurs aux protocoles qui vous intéressent le plus. Cette formation aura lieu au printemps 2021. Si notre proposition vous intéresse, nous vous invitons à répondre à ce questionnaire. Vos réponses nous permettront de comprendre vos souhaits et préférences, afin de mieux organiser les formations. Merci de votre intérêt !