Plongerdubord sur la bouée Bohra 2

Une nouvelle plongée du bord, la numéro 30/52 extraite du guide éponyme.
Dans les années 70, le CNEXO (Centre National pour l’’Exploitation des Océans) a construit une bouée laboratoire.
La Bohra 1 (dénommée bouée Cousteau car le commandant en était à l’initiative), a été détruite par un incendie.
La seconde flottait en 1973 sur la mer méditerranée au large de La Ciotat, comme une plate-forme offshore.
Elle servait de station météo et permettait une série d’expériences scientifiques. Axées sur la physique et la dynamique des mers, sur la biologie marine.
Mais aussi sur les mécanismes d’échanges entre les océans et l’atmosphère.

La bouée Borha 2 ressemblait à un champignon.

Dans sa tête composée de 3 étages et d’une terrasse sur le toit (haute de 10 mètres sur 10 mètres de diamètre) vivaient 2 hommes d’équipage et 4 scientifiques.
Elle séjourna, jusqu’en 1978, au milieu du golfe du Lion à 180 km au Sud-ouest de Marseille.
Des ancres mouillées à 3 000 mètres de fonds, lui permettait de résister à des vagues de 12 mètres de hauteur et des vents de 180 km heure.
Cette bouée-laboratoire a cessé d’être utilisée des les années 80.
Aujourd’hui, la tête de la bouée bohra 2 est à La Seyne sur mer dans le Var.

Afin que ce flotteur étanche reste stable à 20 mètres au-dessus du niveau de la mer, les ingénieurs lui avaient construit un grand pied de 60 mètres de long et de 4 mètres de diamètre.
Ce cylindre, surnommé la “perche”, était la partie immergée de la station. Il servait de ballast et de réserve d’air et d’eau.
Cette quille, coulée en 1988, repose par 24 mètres sur un fond sableux entre la Madrague de Montredon et La Pointe Rouge.
Certes, ce n’est qu’un long tube de métal posé à l’horizontal. Mais son histoire est inscrite dans le patrimoine de ceux qui aiment la mer.
Vous allez plongerdubord sur la bouée Bohra 2, un monument historique !